Appui à la mise en œuvre de la stratégie de l’Enseignement et de la Formation Techniques et Professionnelles (EFTP)


Le contexte
La politique éducative du Bénin pour le triennal 2013-2015 qui est définie par la Lettre de Politique Éducative actualisée et adoptée par le gouvernement en août 2012 fixe un ensemble d’objectifs à chacun des sous-secteurs du système parmi lesquels la formation technique et professionnelle (EFTP) qui est érigée au rang de seconde priorité après l’enseignement primaire. L’objectif stratégique que lui assigne le PDDSE est, justement, de diversifier son offre de formation et de l’adapter aux besoins du marché du travail, à travers la mise en place d’un système EFTP piloté par la demande économique, tout en s’ouvrant davantage sur les différents secteurs d’activités et en accroissant ses capacités d’accueil.

La mise en œuvre de cette politique s’est traduite par des progrès importants en matière de scolarisation et d’accroissement des effectifs à tous les niveaux d’enseignement. Cependant, ce bond quantitatif n’a pas bénéficié à l’EFTP dont les effectifs ont connu une relative stagnation, voire une tendance à la baisse, pendant la dernière décennie. En effet, bien que les effectifs aient connu une croissance continue sur les cinq dernières années pour tous les niveaux du secteur, de 2007 à 2011, pour ceux du sous-secteur de l’EFTP le nombre d’élèves est passée de 430 à 659 pour 100 000 habitants pour une moyenne des pays comparateurs autour de 292.

Selon la revue de politique UNESCO/BIT (juin 2011) sur l’EFTP, il ressort que le Bénin est caractérisé par une population jeune (50% de la population a moins de 15 ans), en croissance rapide (+3,2% par an), également majoritairement rurale (40%) et dont le niveau de pauvreté reste important (supérieur à 40% en milieu rural). Le sous-secteur de l’EFTP est aussi influencé, en amont, dans son organisation et son fonctionnement, par le système éducatif dont il est partie intégrante d’une part, et d’autre part par les réalités économiques et sociales du pays, notamment le marché du travail et le développement de l’emploi, ce qui sous-entend une adaptation des formations aux besoins du marché du travail et l’amélioration de la qualité et de l’équité.

Justification

Au vu de l’importance des données et des analyses disponibles à partir de la revue des politiques et des résultats du dialogue politique avec le gouvernement, la mission de diagnostic (juillet 2012) s’est concentrée sur la revue des travaux effectués et surtout à analyser et identifier les priorités qui en découlent. Les résultats obtenus ont servi à définir et hiérarchiser les priorités de renforcement des capacités dans les domaines clés du sous-secteur de l’EFTP dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de l’EFTP au Bénin.

Par ailleurs, dans le cadre du G20 le gouvernement s’est engagé à améliorer la coordination interministérielle et la synergie des politiques des différents départements et à renforcer le suivi et l’évaluation du secteur. Un atelier organisé en avril 2012 a permis de confirmer l’engagement des acteurs nationaux pour une réforme coordonnée du secteur EFTP dans son ensemble.

Les travaux réalisés par les groupes de travail mis en place par le bénéficiaire et les autres acteurs nationaux ont constitué une source d’information importante pour le diagnostic, l’identification et le dimensionnement des différentes activités présentées ci-dessous. Le programme prend également en considération les activités prévues dans le processus du G20. Il s’articule avec les interventions d’autres bailleurs de fonds et s’appuie sur les démarches méthodologiques retenues dans ce cadre par le ministère en charge de l’EFTP, notamment le développement de l’approche par compétences. En outre, une attention particulière sera apportée à la population féminine susceptible de bénéficier des activités du programme, en termes de formation et d’emploi, particulièrement dans le secteur de l’agro-alimentaire ou des bâtiments travaux publics.

En effet, le sous-secteur de l’EFTP du Bénin se caractérise par une quasi-absence d’informations statistiques régulières, cohérentes et à jour, depuis qu’il a été détaché du ministère de la maternelle et du primaire. Or, on ne peut bâtir une stratégie cohérente et efficace sans un minimum d’informations sur ce qui se fait dans le sous-secteur. Il y a donc un besoin urgent d’évaluer et d’identifier ces problèmes et de proposer une requête qui vient en réponse à ces défis de manière durable, à travers la mise sur pied d’un système d’information et de gestion statistiques

Enfin, la complexité des réformes structurelles envisagées par le gouvernement dans le domaine de l’EFTP et ses liens avec le marché de travail appelle à la création d’une capacité institutionnelle solide permettant d’éclairer les décisions politiques. L’appui à la création de cette capacité constitue donc une priorité nationale. Le rôle des Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) est important. Le renforcement des capacités sera également essentiel. Ceci est possible à travers la participation des acteurs béninois aux activités régionales et sous régionales.